OUVRIR LA VOIX

Conception du générique pour le documentaire Ouvrir La Voix. Ce documentaire est un portrait politique de femmes noires d’Europe francophone, qui révèle la complexité et la multiplicité de nos vies et de nos identités. Au-delà des anecdotes personnelles se trouvent les enjeux politiques liés à leurs conditions doublement minoritaires de femmes et de noires. C’est pourquoi le documentaire prend la forme de discussions et de récits entremêlés afin que chaque parcours soit nuancé et enrichi. Ouvrir La Voix est une façon de célébrer l’histoire de la résistance des femmes noires qui depuis le marronnage, en passant par la créolité, le panafricanisme, la négritude et l’afroféminisme ont toujours inventé des outils leur permettant de ne pas être réduites au silence. Ce film est destiné à rendre hommage à celles qui se sont battues pour cette cause et à témoigner de leur combat pour celles qui viendront après

Elles se livrent à nous par des propos forts. Positives, combatives, brutales tout en étant engagées, nous avons mis en avant par le générique l’ambiance et la force de leurs paroles que ces femmes nous envoyaient. « Les blancs ne se voient pas comme blancs ». Mais ces femmes sont directement catégorisées comme noires et non comme individu à proprement parlé. Elles témoignent alors de ce manque de personnalité qu’on leur imposait par rapport au blancs. Le nom d’une personne permet de singulariser son être, le définir avant son physique. En étant elles-même dans leurs témoignages, elles s’engagent en tant que personne, s’affirment. C’est ainsi que nous avons utilisé un objet simple, l’étiquette dymo, souvent utilisé sur les interphones. Elle nous permet alors de faire ce rapprochement, comme si nous étions conviés chez ces femmes, afin d’entrer chez elles, dans leur quotidien, pour qu’elles se livrent intimement à nous, comme avec ce cadrage particulier tout au long du documentaire. 

Travail en groupe avec Coline Giraudeau et Chloë Charrier

Nous avons constaté pendant le documentaire qu’il y avait différentes ambiances, différents points de vue de la part des témoins sur leurs conditions... C’est pourquoi nous avons décidé d’avoir plusieurs matières en fond afin de représenter cette multiplicité. La couleur blanche nous permet de mettre en exergue les étiquettes noires, et ainsi de faire un contraste plus fort avec les noms, et rendre plus visible le prénom. Cette couleur montre aussi leur empreinte dans ce « monde de blancs ». 

La bande son, Bishop - River (Instrumental) donne un rythme. Par son intensité, elle appuie le le prénom et lui donne une force. Une opposition avec le silence final à été créée par rapport au titre du documentaire : « Ouvrir la voix ». Par ce silence, nous montrons que nous sommes prêts à écouter les témoignages.