MATIN BRUN

Après avoir choisi un texte reconnu pour ses qualités littéraires, réinterprétation de celui-ci au travers d'un concept éditorial destiné à la fois l'adulte et à l'enfant (à partir de 10 ans), le tout dans une démarche d'auteur afin de créer un livre-objet. Mon choix s'est porté sur la nouvelle de Franck Pavloff, Matin Brun. Après le travail éditorial, travail de stop motion pour communiquer sur notre objet.

L'État Brun, organisation politique fictive, interdit la possession de chiens ou de chats non bruns, officiellement pour des raisons scientifiques. Les protagonistes de la nouvelle, ne se sentant pas concernés, trouvent des raisons d'approuver cette loi. Cependant, un nouveau décret impose l'arrestation de tous ceux qui auraient eu un animal non brun dans le passé, ainsi que leur famille et leurs amis.

C'est un livre court, mais qui arrive à faire passer un message fort. Il montre comment un régime totalitaire peut se mettre en place rapidement sans que l’on y fasse trop attention ou que par soumission, nous nous plions trop rapidement aux nouvelles règles en vigueur. Il est assez remarquable d’avoir réussi ce défi en si peu de pages d’autant plus que l’on voit les différentes étapes de l’oppression. L’histoire peut sembler vue et revue mais les piqûres de rappel sont toujours bonnes à prendre et ce livre présente l’avantage d’être accessible aux plus jeunes.

La nouvelle de Franck Pavloff est une histoire sans indications spatio-temporelles. De plus, nous n’avons aucune description physique de la part des personnages. Cette nouvelle se veut alors intemporelle. De part cette caractéristique, la nouvelle dégage une notion didactique forte, une sorte de morale à transmettre de générations en générations.

C’est alors un principe d’édition sans interruption qui est mis en avant dans cet ouvrage. Une histoire, qui, dans la forme semble se répéter à l’infini. Chaque public, qu’il soit enfant ou adulte, aura sa partie de lecture par le même objet.

La partie adulte, imprimée en noir sur fond noir, fait alors ressortir le texte par un jeu de montré/caché : on ne dit pas à l'individu de l’état le sens premier des lois. L'ouverture permet alors d'accéder à la partie enfant, avec la fente ouverte par l'adulte, on vient symboliser le partage entre les deux publics, entre l'adulte et son enfant.

Utilisation de la trame comme symbole d’expansion des lois, et manipulation de l’existant. La trame évolue et devient de plus en plus ordonnée, manipulée, à l’image des personnes des états totalitaires. Dans le traitement graphique, le système de l’état brun est alors symbolisé par la couleur rouge, référence directe aux état totalitaires et leur couleurs (URSS, état Hitlerien, ...). Appliqué en bombe, cela permet une diffusion progressive, à l’image de ces états qui arrivent peu à peu.

Travail de réécriture pour la partie enfant. Adaptation sous un angle plus naïf.

Stop-motion promotionnel. SOUND ON !